Investir

Les ISR ou Investissements Socialement Responsables sont des investissements qui répondent aux enjeux du développement durable. Selon sa définition la plus connu présente dans le rapport Brundtland et écrite par l’ONU (Organisation des Nations Unies) en 1987 il correspond au fait : « de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. ».

Mais que sont les ISR à proprement parler. En quelques mots, l’Investissement Socialement Responsable se définit comme un investissement utilisant des critères non-financiers comme critères d’analyse. Ces critères sont fondés sur trois principaux piliers qui sont les suivants : sociaux, environnementaux et sur la gouvernance. Ces trois critères sont communément appelés critères ESG. Un quatrième critère à propos de l’éthique des produits financiers est venu s’ajouter à cette nomenclature.


Comment peut-on définir exactement cet investissement?

Plusieurs institutions ont défini cette forme d’investissement. Ainsi, en 2013, l’Association Française de la Gestion Financière (AFG) et le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR) élaborent une définition dans le but de clarifier la notion d’ISR. Il est désormais défini comme « Un placement qui vise à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises et les entités publiques qui contribuent au développement durable quel que soit leur secteur d'activité. En influençant la gouvernance et le comportement des acteurs, l'ISR favorise une économie responsable. ».

Cette définition est par la suite complétée dans un avis du Comité Economique et Social Européen (CESE) qui souhaite mettre l’accent sur l’aspect financier de ces investissements. Dès lors, le comité reprend une définition Américaine de l’ISR : « Il s'agit de produits d'épargne […], de produits d'investissement […], d'instruments de financement du crédit et de mécanismes de soutien financier […], qui comprennent dans leur conception des critères environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance, sans négliger aucunement les objectifs nécessaires en matière de risques et de rentabilité financière. » (CESE, 2011). Cette définition permet de rajouter la notion de risque et de rentabilité à la précédente et donc de montrer que les ISR ne sont pas uniquement des placements durables mais également rentables.

Comment cet investissement est-il encadré ?

Afin de mettre un cadre aux ISR, ceux-ci sont soumis à une nomenclature particulière pour le choix des actifs composant un fond (dans le cadre de placement financier). Il existe 4 types de méthodes de choix des actifs :

  • La méthode du best in class qui est aujourd’hui la plus populaire en France et qui consiste, comme son nom l’indique à choisir les entreprises les mieux notées sur des critères spécifiques dans un secteur particulier et de les intégrer au fond. Si cette méthode est si populaire en France, cela s’explique par le fait qu’elle permet de rassurer les investisseurs « frileux » en leur proposant les actifs les plus performants secteur par secteur.
  • La méthode dite exclusive est quant à elle la méthode originelle de sélection des fonds ISR. Elle consiste en un procédé d’élimination de toutes les entreprises ne respectant pas certaines règles et critères des quatre piliers ISR cités précédemment. Dès lors, cette méthode devient sélective et permet la suppression de domaines d’activités tels que l’industrie du pétrole, les entreprises utilisant le travail des enfants, etc.
  • La troisième méthode de sélection est dite thématique. Elle consiste à choisir un secteur d’activité répondant aux enjeux ISR et de remplir le fond d’investissement, d’entreprises exerçant une activité sur le secteur en question. Ainsi, ce mode de sélection permet de privilégier tout particulièrement une activité afin d’investir dans son développement.

 

  • Le dernier mode de sélection est dit actionnarial. Celle-ci revendique l’implication des parties prenantes de l’entreprise puisque ce sont elles qui vont lancer une démarche ISR. En effet, elles vont exiger de la part de l’entreprise une attention plus forte aux critères environnementaux, sociaux et éthiques ainsi qu’une plus grande transparence.

Pourquoi s’agit-il d’un investissement en vogue ?

 

L’ISR bénéficie actuellement d’un contexte favorable à son développement à plusieurs niveaux. Le nombre d’investissements bénéficiant du label ISR est en constante augmentation. En effet, selon l’Association Française de Gestion (AFG), en 2017, ce type d’investissement représentait 310 milliards d’euros. Ce chiffre a été multiplié par quarante sur les dix dernières années. Si les ISR peuvent aujourd’hui se targuer d’une croissance sans précédent, ce n’est pas sans lien avec la montée en puissance des départements RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) au sein des entreprises. La conjoncture économique est donc en faveur des ISR.

Le contexte politique se dote également d’une place importante dans son développement. En effet, depuis le gouvernement de François HOLLANDE, le développement de la finance verte est l’un des objectifs de l’état. Ainsi, en août 2015, le gouvernement a promulgué la loi n°2015-992 « relative à la transition énergétique pour la croissance verte. ». L’un des articles de cette loi a pour but de favoriser le développement des énergies renouvelables ainsi que de préserver l’environnement dans une optique de croissance économique.

La loi Pacte adoptée en seconde lecture le 15 mars 2019 à l’Assemblée Nationale participe également au développement des fonds ISR. En effet cette loi modifie les articles 1833 et 1835 du code civil et dispose ainsi que « la société est gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité. » (Journal Officiel, 2015). L’article 1835 est quant à lui complété par la disposition suivante : « les statuts peuvent préciser une raison d’être, constituée des principes dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité. » (Code Civil des Français, s.d.). Ces deux changements amorcés par la loi Pacte ont pour objectif d’ajouter les missions sociales et environnementales à la cause première de la Société.

Le contexte social est également favorable à toutes les problématiques liées au développement durable. En effet depuis le début de l’année 2019, un mouvement social sans précédent pour l’environnement a été lancé. La pétition émanant du recours en justice lancé contre l’état pour inaction climatique est devenue la plus signée de France grâce à plus de 2 millions de signatures en un temps record.

Cependant, ce type d’investissement reste méconnu du grand public et majoritairement utilisé par les investisseurs institutionnels. En effet, selon une enquête réalisée en 2016 par l’IPSOS, 66% des investisseurs ont déclaré ne jamais en avoir entendu parler.

 

Qu’en est-il des performances ?

Maintenant que nous avons défini ce type d’investissement et expliqué comment il s’organisait, il est important de s’intéresser aux performances de l’ISR. En effet, la plupart des investisseurs recherchent aujourd’hui à réaliser des placements performants notamment grâce à une rentabilité généreuse. Les ISR répondent-ils donc aux enjeux de rentabilité et de viabilité que sont en droit d’attendre les investisseurs ?

De nombreuses analyses ont été effectuées sur le sujet et différentes conclusions en ressortent. La première, est que les fonds labélisés ISR sont pour la plupart moins rentables que leurs indices de référence et que d’autres fonds similaires aux leurs. En effet, à environnement et structuration identique les fonds ISR ont tendance à sous-performer. Cela s’explique notamment à cause des contraintes auxquelles ces fonds sont soumis. En effet, obtenir le label ISR n’est pas chose facile, ce qui explique qu’il n’y en ait aujourd’hui que 181. Les contraintes demandant à être respectées expliquent cette rentabilité inférieure puisque le principe même d’une contrainte est de supprimer des possibilités. Dès lors, le gérant du fond ne peut pas accéder à l’ensemble des solutions et la rentabilité peut être moindre puisque les meilleurs actifs du marché ne peuvent pas nécessairement être choisi.

Cependant, les fonds ISR ne disposent pas que d’inconvénients en ce qui concerne leurs performances. En effet, malgré une rentabilité plus faible que celles de fonds classiques, il est constaté que la rentabilité des fonds, tend à s’améliorer sur le long-terme. De plus, il a été remarqué que ces fonds sont souvent moins volatiles et résistent mieux aux crises que d’autres. En effet la tendance montre qu’en cas de forte baisse des marchés, la baisse des ISR est moins significative. Cependant, ils sont plus long à retrouver leurs niveaux d’avant-crise et on tendance à sous-performer lorsque les marchés sont en croissance.

 

Existe-t-il des limites ?

Les ISR font également face à des limites sans lien avec leurs performances mais très « marketing ». En effet, il s’est avéré que de nombreuses entreprises utilisent ces fonds et les mettent en avant dans un objectif de greenwashing. Ainsi, elles utilisent le fond bénéficiant du label ISR comme vitrine afin de se doter d’une image éthique et responsable auprès de ses clients et attirer de nouveaux investisseurs potentiels qui sont de plus en plus à la recherche de placements durables. Cependant, les rendements de leurs fonds sont souvent peu attractifs car la gestion n’est pas optimale. De plus, les gérants profitent des limites de classification du label ISR. En effet, si en France la méthode du best-in-class est la favorite des gestionnaires de fonds c’est aussi car elle permet une plus grande flexibilité dans le choix des actifs et n’exclue aucune industrie ou secteur. Dès lors, l’investissement dans un fond que l’on pensait 100% rentable, durable et viable est biaisé.

 

L’ISR est donc un placement intéressant qui répond à beaucoup d’enjeux actuels. Cependant, ces investissements nécessitent un cadre plus précis afin de palier aux problèmes liés au greenwashing même si cela signifie une rentabilité financière inférieure à des fonds dit « classiques ». En effet, lorsque l’on parle d’ISR, il est important de prendre en compte les performances extra-financières qui ne sont pas mesurables dans le calcul de la rentabilité. Une performance extra-financière correspond à l’évaluation d’une entreprise sans se baser uniquement sur ses performances économiques mais en prenant en compte son comportement face à l’environnement, au respect de son engagement sociétal et sur sa gouvernance d’entreprise. Ce sont de plus, ces performances qui attirent les investisseurs ISR vers ce type de placement. Leur importance ne doit alors pas être négligée et le cadre à apporter aux ISR prend dès lors tout son sens.

N'hésitez pas à venir rencontrer nos consultants L&A Finance à ce sujet. 

 

Marion Audousset et Anne Duranton

 


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.